occasion


occasion

occasion [ ɔkazjɔ̃ ] n. f.
• 1174; lat. occasio
1Circonstance qui vient à propos, qui convient. Une occasion inespérée. C'est « une belle occasion à saisir » (Martin du Gard). aubaine, chance, fam. occase, opportunité. Loc. Saisir l'occasion par les cheveux, la saisir rapidement (cf. Battre le fer quand il est chaud, saisir la balle au bond). « Son père ayant voulu profiter d'une occasion pour le faire entrer au ministère » (Balzac). Laisser passer une occasion. Loc. fam. Sauter sur l'occasion, en tirer parti sans délai. C'est l'occasion ou jamais ! il faut saisir l'occasion, elle ne se représentera pas. Il ne manquait, ne perdait jamais une occasion d'en parler. Il « ne négligeait cependant aucune occasion de leur faire entendre de grandes et utiles vérités » (France). Je n'ai jamais eu l'occasion de la rencontrer. Je n'en ai pas eu l'occasion. « Un garçon agile trouve l'occasion de rendre des services » (Romains). Il lui a donné, fourni l'occasion de partir. Par plais. Vous avez perdu une belle occasion de vous taire ! vous auriez mieux fait de vous taire. PROV. L'occasion fait le larron : les circonstances peuvent amener à mal agir.
Loc. adv. À L'OCCASION : quand l'occasion se présente. ⇒ éventuellement (cf. Le cas échéant). « Volontaire, capable de se montrer dur à l'occasion » (Romains). Je n'ai pas le temps aujourd'hui, mais je passerai à l'occasion, un de ces jours. — À la première occasion : dès que l'occasion se présente. À la prochaine occasion.
2Marché avantageux pour l'acheteur; objet de ce marché. « des occasions uniques ! J'aurais payé le double au Havre » (Zola). « les occasions du jour écrites à la craie sur des ardoises » (Simenon). — D'OCCASION. Vx Bon marché, en solde. Mod. Qui n'est pas neuf, a déjà servi. Livres, voitures d'occasion, de seconde main. Par ext. Le marché de l'occasion.
3Occasion de : circonstance qui détermine (une action), provoque (un événement). ⇒ cause, motif, raison, 3. sujet. Des occasions de jalousie, de dispute. « Les leçons de cuisine étaient l'occasion de plaisanteries » (Romains)(cf. Donner lieu à). « Ce fut pour la municipalité l'occasion de demander une loi de sévérité » (Michelet). Toutes les occasions sont bonnes pour... 2. prétexte.
Loc. prép. À L'OCCASION DE : l'occasion en étant fournie par. « Il y avait un bal costumé; c'était à l'occasion de la Mi-Carême » (Maupassant). pour.
4Circonstance. 1. cas. Il y a des occasions où il faut agir vite. « dans combien d'occasions le mensonge ne devient-il pas une vertu héroïque ! » (Voltaire). Je l'ai rencontré en plusieurs, en maintes occasions. « J'ai décidé de me mettre du côté des victimes, en toute occasion » (Camus). Vieilli Par occasion : par accident, par hasard. ⇒ occasionnellement. D'occasion : accidentel, occasionnel. « Des liaisons d'occasion qu'un jeune homme rencontre toujours » (Maupassant). Un peintre d'occasion (souvent péj.).
Les grandes occasions : les circonstances importantes de la vie sociale. On sortait l'argenterie dans, pour les grandes occasions.

occasion nom féminin (latin occasio, -onis, de occidere, advenir) Circonstance qui vient à propos pour faire quelque chose : L'occasion était favorable pour lui demander de m'aider. Saisir l'occasion. Opportunité, contexte exceptionnel qui donne la possibilité d'acquérir quelque chose à un prix très avantageux ; l'objet lui-même : C'est une occasion, il est à moitié prix. Objet, meuble, véhicule, etc., qui n'est pas neuf et que l'on achète de seconde, de troisième main : Vous avez eu une bonne occasion chez le garagiste. Activité consistant à vendre ces objets : Le marché de l'occasion.occasion (citations) nom féminin (latin occasio, -onis, de occidere, advenir) Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette Paris 1634-Paris 1693 On ne connaît point les femmes, elles ne se connaissent pas elles-mêmes, et ce sont les occasions qui décident des sentiments de leur cœur. Zaïde Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Fables, les Animaux malades de la peste François Rabelais La Devinière, près de Chinon, vers 1494-Paris 1553 L'occasion a tous ses cheveux au front : quand elle est outre passée, vous ne la pouvez plus révoquer ; elle est chauve par le derrière de la tête, et jamais plus ne retourne. Gargantua, 37 rappeler Épictète Hiérapolis, Phrygie, vers 50-Nicopolis, Épire, vers 130 après J.-C. Les occasions sont indifférentes, l'usage qu'on en fait ne l'est pas. Entretiens, II, 5, 1 (traduction E. Bréhier) Thucydide Athènes vers 460-après 395 avant J.-C. À la guerre, l'occasion n'attend pas. Histoire de la guerre du Péloponnèse, I, 142, 1 (traduction J. de Romilly) occasion (expressions) nom féminin (latin occasio, -onis, de occidere, advenir) À l'occasion, si cela se présente ; le cas échéant. À l'occasion de, à propos d'un événement : Bal donné à l'occasion d'une fête. À la première occasion, dès que possible. D'occasion, qui se vend moins cher ; qui se produit par une rencontre de hasard, par un fait exceptionnel : Une liaison d'occasion. Donner à quelqu'un l'occasion de, lui permettre de faire ce qu'il attendait. Les grandes occasions, les circonstances importantes ou solennelles de la vie. Littéraire. Par occasion, accidentellement. ● occasion (synonymes) nom féminin (latin occasio, -onis, de occidere, advenir) Circonstance qui vient à propos pour faire quelque chose
Synonymes :
- cas
Opportunité, contexte exceptionnel qui donne la possibilité d'acquérir quelque chose à...
Synonymes :
- facilité
- opportunité

occasion
n. f.
d1./d Circonstance, conjoncture favorable, qui vient à propos. Profiter de l'occasion. Manquer l'occasion.
|| Loc. adv. à l'occasion: si une circonstance favorable se présente.
d2./d Circonstance, moment. Montrer du sang-froid en toute occasion.
d3./d Circonstance qui donne lieu à telle ou telle action, qui a pour conséquence tel ou tel fait. Avoir l'occasion de rendre service.
Occasions de réjouissance.
|| Loc. adv. à l'occasion de. Banquet à l'occasion d'un anniversaire.
D'occasion: que des circonstances accidentelles ont suscité. Un héroïsme d'occasion.
d4./d Marché, achat conclu dans des conditions avantageuses.
|| Vêtements, voitures d'occasion, qui ne sont pas neufs. Syn. (Québec) usagé.
|| Ellipt. Vendre du neuf et de l'occasion.
d5./d (Afr. subsah.) Fam. Possibilité de transport gratuit ou d'un prix modique. Trouver une occasion pour envoyer un colis.
|| Véhicule dans lequel s'offre une telle possibilité. Je suis venu par occasion.
|| Car, taxi interurbain.

⇒OCCASION, subst. fém.
I. —Circonstance favorable.
A. —1. Circonstance qui se présente à propos et pendant une durée limitée. L'occasion était trop belle; c'est l'occasion ou jamais! Le génie de Kléber ne jaillissait que par moments, quand il était réveillé par l'importance de l'occasion, et il se rendormait aussitôt après au sein de la mollesse et des plaisirs (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.145). Il n'était pas de ceux qui boudent les occasions. La plus mince aventure, en elle-même, l'excitait (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.235). Un esprit vif et calculateur, prompt à prendre une décision, apte à saisir l'occasion au vol, quitte à courir un risque (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.382). V. dégager ex. 7:
1. L'occasion ne veut pas qu'on la force, mais elle ne nous laisse pas non plus réfléchir trop longtemps. Une seconde d'hésitation, et tout est perdu! Le temps de prendre conscience et déjà l'occasion est irrémédiablement passée, en ne laissant derrière elle que le repentir pour tout héritage.
JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.132.
SYNT. Occasion alléchante, engageante, exceptionnelle, favorable, inespérée, magnifique, propice, providentielle, rare, sûre, tentante, unique; attendre, épier, guetter, manquer, négliger, provoquer, rater l'/une occasion; courir après l'/une occasion; profiter de l'occasion; bondir, sauter (fam.), se précipiter sur l'/une occasion; laisser échapper, s'envoler, passer, perdre l'/une occasion; attendre une meilleure occasion; se réserver pour une autre occasion; l'/une occasion mûrit, naît, s'offre, se présente, tarde, vient.
2. Loc. et expr.
a) Loc. verb. [Suivi de la prép. de]
[Suivi de l'inf.] (Chercher, donner, éviter (toute), fournir, offrir, trouver l'/une) occasion de faire qqc. Où est l'homme qui n'a pas rencontré dans sa vie une seule occasion d'être amoureux? (BALZAC, Langeais, 1834, p.252). Les charbonniers s'exprimaient avec lenteur, cherchant leurs idées et pesant tous leurs termes, en hommes qui passent leur vie dans la solitude des bois, et n'ont guère l'occasion de bavarder (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p.110). V. bénéficiaire ex. 3.
Expr. fam. Vous avez perdu une (belle) occasion de vous taire. Vous auriez mieux fait de vous taire. Tu viens de perdre une occasion de te taire. Étant donné ton âge, ces questions ne t'intéressent pas et je ne te demande pas ton avis (CAMUS, Caligula, 1944, II, 10, p.47).
[Suivi d'un subst.] Je crois que tous les défauts sont dans toutes les femmes et n'attendent que l'occasion du développement (CONSTANT, Journaux, 1804, p.167). J'ai saisi l'occasion d'un petit tête-à-tête avec Jibé pour lui demander, non sans égards, s'il avait envoyé la somme (DUHAMEL, Journal Salav., 1927, p.51).
b) Loc. adv.
À l'occasion. Si ou quand le moment se présente; si la situation l'exige ou le permet. Synon. éventuellement, le cas échéant. Ce peuple, grand par la volonté, l'est aussi par le coeur, à l'occasion (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p.319). Une voix douce et frêle, qui savait même, à l'occasion, dire des choses très lestes, sans avoir l'air d'y toucher (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p.732). V. anneau ex. 4.
À la première (prochaine, moindre) occasion. Dès que possible, dès qu'une occasion se présentera. Il ne vous aime pas. Il est flatté, tout simplement. Il vous lâchera à la première occasion (A. FRANCE, Lys rouge, 1894, p.241). Son système nerveux est maintenant tout prêt à s'emballer à la moindre occasion (GONCOURT, Journal, 1895, p.830). C'est bon, si elles n'aiment pas le classique, on leur servira du moderne à la prochaine occasion! (COLETTE, Cl. école, 1900, p.63).
À toute occasion. Chaque fois qu'une occasion se présente. Ils eurent des scènes violentes, et cela se tourna promptement, en habitude. À toute occasion, il lui jetait au front de sèches vérités (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.251). V. femme I B 2 ex. de Arland.
Dans l'occasion (vx). Synon. de à l'occasion (supra). La cour peut confier les forces de l'État aux hommes qui peuvent la servir dans l'occasion avec d'autant plus de succès qu'on leur aura travaillé une espèce de réputation de patriotisme (ROBESP., Discours, Guerre, t.8, 1792, p.87). Celui qui parle ici (...) se reconnaît la force de louer dans l'occasion quiconque lui semble louable, fût-ce un roi (HUGO, Rhin, 1842, p.445).
Par occasion (région. (Canada)). Synon. de à l'occasion (supra). Je suis venue par occasion. Ils doivent m'attendre sur la grève (GUÈVREMONT, Marie-Didace, 1947, p.184 ds Richesses Québec 1982).
c) Expr. proverbiale. L'occasion fait le larron. Une circonstance favorable fait souvent faire des choses que l'on n'aurait peut-être pas songé à faire autrement. Souvent aussi le paysan se fait brigand pour quelques semaines, lorsqu'il sait un bon coup à faire. Il retourne ensuite à son champ. La Grèce est le pays du monde où l'occasion a fait le plus de larrons (ABOUT, Grèce, 1854, p.375).
3. MYTH. ,,Divinité qu'on représente sous la forme d'une femme nue, chauve par derrière, avec une longue tresse de cheveux par devant, un pied en l'air, et l'autre sur une roue, tenant un rasoir d'une main, et de l'autre une voile tendue au vent`` (LITTRÉ). Un dieu scalpa, comme l'Occasion, Le front serein de la Bêtise humaine (BANVILLE, Odes funamb., 1859, p.259). Vous connaissez votre mythologie et la coiffure de Dame Occasion. Elle revient rarement sur ses pas, la coureuse (TOULET, Corresp. avec un ami, 1920, p.200):
2. Parfois l'Occasion vous contraint à la saisir en vous présentant sa mèche de cheveux devant la main, et de façon si opportune que ce serait sottise pure de ne pas s'y accrocher à pleins doigts; car, lâchée, elle ne revient point.
GAUTIER, Fracasse, 1863, p.135.
P. allus., expr. proverbiale. L'occasion est chauve (v. ce mot A). Prendre, attraper, saisir l'occasion aux/par les cheveux (v. ce mot I C).
4. P. méton., vieilli. Personne fiable par qui on fait passer un courrier, un colis. J'ai huit pages à vous écrire du récit d'un seul jour, mais comme c'est une occasion qui vous porte cette lettre, je renvoie à demain les longs épanchements de mon coeur (STAËL, Lettres div., 1793, p.494). Je vous envoie par une occasion sûre la note ci-jointe (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Reeve], 1852, p.131).
B. —Acquisition faite à un prix avantageux.
1. Bonne affaire pour l'acheteur. Synon. aubaine. L'étude d'huissier n'était que l'accessoire, le commerce des vieux meubles et des antiquités de tout genre était le principal. Par sa profession, il connaissait les bonnes occasions (MALOT, R. Kalbris, 1869, p.61). Le commis faisait l'article, jurait que c'était tout soie, que le fabricant était en faillite, et qu'on ne retrouverait jamais une occasion pareille (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.621). Ce bateau-là, monsieur Brun ne l'a pas fait faire sur commande; et il ne l'a pas payé au prix d'un canot inchavirable. Il l'a payé 1.500 francs; c'est une occasion! (PAGNOL, Fanny, 1932, II, 3, p.119). V. assoiffer ex. 4:
3. Les occasions. De bibelots, fantaisies, voire même de villas et de châteaux pendant les saisons d'eaux; bons marchés dans les magasins ou à l'hôtel des ventes, ou échange entre gens du monde.
MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p.743.
2. Bien (généralement de seconde main) mis ou remis en vente à un prix avantageux. Synon. usagé ; anton. neuf. Le mot occasion ne signifie pas (...) machine de rebut et la machine que vous achetez aujourd'hui neuve, est demain (...) occasion (BAUDRY DE SAUNIER, Cycl., 1892, p.456). Là, déjeunaient ensemble deux couples de commerçants bien connus dans le quartier, l'un tenait une librairie, neuf et occasions, l'autre une galerie d'art (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.38). V. coupon ex. 1.
Loc. D'occasion
Loc. adv. [Postposé à un verbe] Acheter, vendre d'occasion; (objet) acheté, vendu d'occasion. Un bourgeois propriétaire se frottait les mains en admirant le canot acheté d'occasion, la veille, pour cinquante francs, à deux hommes qui le lui avaient vendu, comme ça, en passant (MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Âne, 1883, p.373). Une paire de chaussures neuves coûtait sept cents francs, d'occasion cent cinquante (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p.196).
Loc. adj. [Postposé à un subst.] Objet d'occasion; livres, meubles, voiture d'occasion. Il avait gardé le gilet d'occasion que lui avait vendu le fripier de la Villette (PONSON DU TERR., Rocambole, t.5, 1859, p.297). J'ai acheté en anglais:Les confessions d'un fumeur d'opium, Thomas de Quincey. Tout neuf et d'occasion (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1905, p.19).
Magasin d'occasion. Commerce où l'on trouve des objets d'occasion. Léon Daudet, dans son Paris vécu, consacre plus de cinquante pages aux seuls quais, à ses bouquinistes et à ses librairies d'occasion (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.76).
Commerçant d'occasion (rare). Commerçant qui vend des objets d'occasion. Nos «assises» se tenaient au premier étage d'un marchand de vins établi au coin de la rue Bonaparte et de la place Saint-Sulpice, vis-à-vis d'un libraire d'occasion (VERLAINE, OEuvres posth., t.2, Crit. et conf., 1896, p.258).
[Précédé de l'art. déf.] L'occasion. Ensemble des objets, des marchandises vendus d'occasion. Anton. le neuf. Le marché de l'occasion. En 1981, 4600000 véhicules d'occasion ont été immatriculés contre 1800000 voitures neuves, selon la Centrale des particuliers, qui estime que le chiffre d'affaires de l'occasion et celui du neuf sont du même ordre: environ 80 milliards de francs (Le Monde, Suppl., 13 févr. 1983, p.1, col. 1).
II. —Circonstance déterminante.
A. —[Le plus souvent suivi d'un compl. prép. de] Circonstance qui, sans être la cause véritable d'un fait, le facilite ou le déclenche. Elle aurait voulu avoir un prétexte, une occasion pour le renvoyer tout à fait, et se fâcher avec lui (GONCOURT, Mme Gervaisais, 1869, p.245). Nous avons eu en dix années bien des hauts et des bas. Les plus grandes occasions d'orgueil, des triomphes et les plus grandes occasions de désespoir, les effrondrements (BARRÈS, Cahiers, t.9, 1912, p.322):
4. Lettres de Flaubert. Cette liaison avec Louise Colet semble une série d'orages. Toute occasion est bonne au romancier pour contredire et rabrouer une femme qui paraît l'agacer autant qu'elle l'attire.
GREEN, Journal, 1939, p.209.
B.Locutions
1. Loc. verb.
Devenir, être, fournir l'occasion, une occasion de + subst. Donner lieu à, causer, provoquer, entraîner. Synon. occasionner. Les progrès de la société, la société elle-même n'est-elle que le théâtre, l'occasion, le mobile du développement de l'individu? (GUIZOT, Hist. civilis., leçon 1, 1828, p.27). La vieillesse, c'est quand tout concourt à devenir une occasion de fatigue (BARRÈS, Cahiers, t.7, 1909, p.295). Le repas continuait, les plats étaient enlevés les uns après les autres, non sans fournir à Mme de Guermantes l'occasion de spirituelles plaisanteries ou de fines historiettes (PROUST, Guermantes 1, 1920, p.208).
Donner, être occasion à + subst. Même sens. Les citations dispendieuses des témoins, qui, par la longueur du procès, commencent à varier à la fin dans leurs dernières dépositions, et qui, par là, donnent occasion à des nouveaux procès aussi ruineux et aussi incertains que les premiers (INSMING ds Doc. hist. contemp., 1789, p.35). La coutume [des spectacles dans les temples] fut interdite par les mandarins parce qu'elle était occasion à désordre (Philos., Relig., 1957, p.54-8).
Donner, être l'occasion, une occasion de + inf. Être le prétexte, la circonstance favorable, la bonne raison qui détermine à faire quelque chose. Dans le grand public, on a l'idée que les attachés militaires devraient être mêlés aux histoires d'espionnage, ce qui donne à une partie de la presse française l'occasion de conseiller à nouveau la suppression de l'institution des attachés militaires (Affaire Dreyfus, 1894, p.97). La mort d'un homme d'État est une occasion de méditer; et l'on voit partout des théologiens d'un instant (ALAIN, Propos, 1923, p.517).
Prendre occasion de (vieilli, littér.) + subst. + pour ou de + inf. Prendre prétexte de quelque chose (pour faire quelque chose); profiter d'une circonstance favorable (pour faire quelque chose). M. Canning nous cherche de toutes parts des torts et un prétexte pour reconnaître l'indépendance des colonies espagnoles. Il nous accuse d'avoir le dessein de les attaquer, et il en prend occasion d'envoyer des forces dans le Golfe du Mexique (CHATEAUBR., Corresp., t.5, 1823, p.73). 31 mars - vendredi saint, à Henry de Groux: Mon cher Henry, je prends occasion de la mort de Notre Seigneur pour vous écrire (BLOY, Journal, 1899, p.313).
2. Loc. prép. À l'occasion de + subst.
Lors de. À l'occasion de la mort de ma mère, ma famille rompit toutes ses relations de société (STENDHAL, H. Brulard, t.1, 1836, p.88). Leurs maîtres [des esclaves] pouvaient user d'eux à leur guise, voire même les tuer, ce qui se produisait parfois à l'occasion de cérémonies (PAGE, Dern. peuples primit., 1941, p.115). V. course ex. 4.
[Le subst. désigne une pers. ou une chose] Vieilli. Au sujet de ou à propos de. Il va [Locke] jusqu'à prétendre que le syllogisme n'ajoute rien à nos connaissances, et n'est qu'un moyen de disputer à leur occasion (COUSIN, Hist. philos. XVIIIe s., 2, 1829, p.468). Je sors justement de chez le juge d'instruction, où j'ai été appelé pour témoigner à l'occasion de ce malheureux enfant (BOURGET, Disciple, 1889, p.54). Un long article où l'on défend Verlaine contre J. Lemaitre à l'occasion du sonnet:L'espoir luit comme un brin de paille (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1906, p.74). V. désaccoutumer ex.
C.Spécialement
1. PHILOS. Synon. de cause occasionnelle (v. occasionnel A 2). Ils [les sens] sont les occasions de la connaissance; ils n'en sont pas les causes; les causes sont en nous et dans notre esprit (COUSIN, Philos. écoss., 1857, p.336):
5. ... la cause reste bien la cause, et l'occasion n'occasionnerait même pas si elle ne présupposait la cause éminente qui la rend occasionnelle; l'occasion n'opère que parce que la situation est rendue instable, explosive, virtuellement féconde en effets potentiels grâce à la préexistence latente de la cause.
JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.105.
2. MOR., RELIG. Occasion (de péché). ,,Personne ou chose extérieure qui porte au péché`` (MARCEL 1938). L'occasion est qualifiée par son caractère externe et doit donc être distinguée des conditions internes du péché [par exemple une passion violente ou la faiblesse morale du pécheur] (Foi t.1 1968).
III. A. —Circonstance (en général). Occasion difficile, officielle, solennelle; douloureuse, pénible occasion. Il y a des occasions où l'homme d'honneur doit se montrer (SCRIBE, Bertrand, 1833, IV, 6, p.201). Il se présenta avec une de ces figures navrées qu'on prend dans les occasions tristes (MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Hérit., 1884, p.493). Il pense peu mais, en toute occasion, par une grâce profonde, il fait exactement ce qu'il faut (SARTRE, Nausée, 1938, p.81). Comme elle est courte l'épée de la France, au moment où les Alliés se lancent à l'assaut de l'Europe! Jamais encore notre pays n'a, en une si grave occasion, été réduit à des forces relativement aussi limitées (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p.245). V. costumier B ex. de Estaunié:
6. Si atroce que fût la douleur, c'est seulement du répit amical apporté cette nuit-là par Roger que j'ai conservé le souvenir. Ce qu'il fut pour moi dans cette occasion, c'est cela même que je voudrais être pour d'autres.
GIDE, Ainsi soit-il, 1951, p.1238.
Gén. au plur. Grandes occasions. Événements importants, solennels, graves de la vie familiale, sociale. De toute la famille, je n'ai jamais embrassé que maman, et encore dans les grandes occasions (DUHAMEL, Cécile, 1938, p.72). Une bouteille de vieille chartreuse que je gardais pour une grande occasion (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p.36):
7. Je le vois encore s'en allant aux Tuileries, toutes ses croix sur la poitrine, dans ce bel habit de colonel rouge et or qu'il ne tirait de sa malle qu'aux grandes occasions.
A. DAUDET, Contes lundi, 1873, p.303.
B. Locutions
1. Loc. adj. D'occasion. Synon. de occasionnel.
a) [Postposé à un subst. désignant une chose] Qui est le fait du hasard, des circonstances. Peu chercheur d'amour, il désirait avant tout une vie calme et se contentait des liaisons d'occasion qu'un jeune homme rencontre toujours (MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Passion, 1882, p.825). Cette double fracture malencontreuse me procure (...) une vacance d'occasion (ARNOUX, Zulma, 1960, p.7). V. aventure ex. 5.
Péj. De peu de valeur; faux. Héroïsme, vertu d'occasion. Une tendresse d'occasion, une fausse tendresse (RENARD, Journal, 1892, p.125).
b) [Le subst. antéposé désigne une pers.] Qui est tel du fait des circonstances; qui accomplit une tâche qu'il n'accomplit pas habituellement ou professionnellement. Le docteur Dalichamp, son parrain d'occasion, un brave homme toujours prêt à adopter les enfants des malheureuses qu'il accouchait (ZOLA, Débâcle, 1892, p.95). Quelques tailleurs professionnels ou d'occasion parvinrent (...) à s'habiller par leurs propres moyens (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.237). V. égoutier ex.
Péj. Peu compétent; de peu de valeur. C'était pourtant un ramassis de bien vilain monde, ces artilleurs de la Commune. Des canonniers d'occasion, qui ne songeaient qu'à siffler leurs trois francs cinquante de haute paye (A. DAUDET, Contes lundi, 1873, p.180). Ces mémorialistes d'occasion inondent les vitrines des libraires et cèdent à l'illusion qu'ils pourront retoucher leur image éternelle, fixée à jamais dans l'Histoire (MAURIAC, Gds hommes, 1949, p.226):
8. ... si au lieu d'un homme consciencieux, il y avait ici un type très service, ou simplement un imbécile, il pourrait comme ça, sans contrôle, avec des juges d'occasion, un avocat d'occasion et un général qui signe, faire tout le gâchis qu'il voudrait?
VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.94.
2. Loc. adv. Par occasion. Par hasard; du fait des circonstances. Synon. occasionnellement. La plupart des hommes embrassent un état par occasion, suivant les conjonctures, sans avoir pu comparer les avantages ou les inconvénients qu'il présente (SAY, Écon. pol., 1832, p.366). À Londres même, sauf quelques exceptions, les Français notoires qui s'y trouvaient, soit en service, soit par occasion, ne rejoignirent pas la France Libre (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p.83).
C.Vx. Rencontre de guerre; combat. Pauvres généraux des armées du Nord, de Sambre-et-Meuse, de Rhin-et-Moselle, des Pyrénées, de la Vendée, de partout, quelle quantité de combats, de batailles vous aviez livrés en 92, 93, 94, 95, dans des occasions terriblement plus graves, plus dangereuses que celles d'Italie! (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.2, 1870, p.453).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Ex. d'une graph. descriptive occâsion ds Canada 1930. Étymol. et Hist. 1. 1174 occasiun «raison, motif» (G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 834); ca 1462 a l'occasion de «à cause de» (Les Cent Nouvelles Nouvelles, éd. F. P. Sweetser, La XCVIe Nouvelle, p.539, 11); 2. a) fin XIVe s. «circonstance qui vient à propos» (Aalma, 8304 ds ROQUES t.2, p.284); b) loc. adv. 1606 par occasion «accidentellement» (CRESPIN); 1671 dans les occasions «si l'occasion se présente» (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettre à Mme de Grignan du 16 août ds Lettres, éd. Monmerqué, t.2, p.321); 1671 aux occasions (ID., Lettre à Mme de Grignan du 23 déc., t.2, p.444); 1859 à l'occasion (PONSON DU TERR., Rocambole, t.4, p.359); prov. 1626 l'occasion fait le larron (Ch. SOREL, Hist. com. de Francion, t.4, livre 10, p.754); c) 1826 subst. (BALZAC, OEuvres div., t.1, p.188); 1832 marchandises d'occasion (RAYMOND); 3. 1553 à l'occasion de «à propos de, au sujet de» (La Bible de l'imprimerie Jean Gérard, Gen. 12). Empr. au lat. occasio «moment favorable, temps propice», subst. verbal de occidere «tomber, se coucher (en parlant des astres)». A remplacé l'a. fr. ochaison/achaison (XIIe-XVIe s.) de forme pop. fréq. att. au sens de «accusation, poursuite en justice» d'où le a initial qui vient de accusare, accusatio. Fréq. abs. littér.:8269. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 13320, b) 10105; XXe s.: a) 9718, b) 12541. Bbg. QUEM. DDL t.6.

occasion [ɔkɑzjɔ̃; ɔkazjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1174; lat. occasio, proprt « ce qui échoit », de occasum, supin de occidere, de cadere « tomber », a éliminé l'anc. franç. ochaison.
1 Circonstance qui vient à propos, qui convient, dans une situation, un état de fait déterminé. || Une occasion inespérée. Bonheur. || Profiter de l'occasion. Aubaine, chance, événement, hasard (favorable, heureux), opportunité. || La présence d'esprit, aptitude (cit. 4) à profiter des occasions. || Profiter de l'occasion pour… (→ Indemne, cit. 1; main, cit. 79).Prendre, saisir l'occasion au bond (→ Battre le fer quand il est chaud; saisir la balle au bond, au vol, à la volée). || « J'ai pris l'occasion de son départ pour l'engager à régler notre affaire » (Académie).Il a sauté sur l'occasion (fam.).Manquer une occasion. → Manquer le coche; louper la commande (fam.). || Une occasion manquée (cit. 83) se retrouve. || Il ne manquait pas une occasion d'affirmer que… (→ Espéranto, cit.). || Ne laissez pas échapper, passer cette occasion. || Il ne perdait jamais une occasion de dire une méchanceté (cit. 6), de se venger (→ Bassesse, cit. 10). — ☑ Par plais. Vous avez perdu une belle occasion de vous taire ! : vous auriez mieux fait de vous taire !Négliger une occasion offerte (→ Mollesse, cit. 4). || Attendre, guetter (cit. 7) l'occasion. Moment (→ Filoutage, cit. 2). || Chercher l'occasion de se justifier (→ Mener, cit. 15). || Trouver l'occasion de parler à qqn (→ Honteux, cit. 11), de rendre service (→ Insinuer, cit. 7). Possibilité. || J'en ai eu l'occasion. || J'ai eu beaucoup d'occasions de ce genre (cit. 34). || Elle n'avait pas eu l'occasion de lire un journal depuis huit jours (→ Événement, cit. 13). || Occasion qui s'offre (→ Beau, cit. 59), se présente (→ Avoir, cit. 7). || L'occasion de s'enrichir. Filon. || Quand l'occasion se présentera (→ Quand il sera temps). || Donner, fournir à qqn l'occasion de… || Je vous donne l'occasion de le rencontrer. Facilité. || Le hasard leur fournit une occasion de se parler (→ Entremetteur, cit. 5), l'occasion d'un entretien (→ Indiquer, cit. 9). || « La faim (cit. 2), l'occasion, l'herbe tendre… » (La Fontaine). — ☑ Prov. L'occasion fait le larron.
1 (…) —Eh bien ! l'occasion ?
— Elle fait le menteur, ainsi que le larron.
Corneille, la Suite du Menteur, IV, 8.
2 (…) il cherchera toutes les occasions (…)
De vous faire connaître (…)
Qu'il est tout à votre service (…)
Molière, le Malade imaginaire, II, 5.
3 Dans les grandes affaires, on doit moins s'appliquer à faire naître des occasions, qu'à profiter de celles qui se présentent.
La Rochefoucauld, Maximes, 453.
4 Elle a su vous écouter, elle vous a procuré l'occasion d'être spirituel, et j'en appelle à votre modestie, ces moments-là sont rares.
Balzac, Autre étude de femme, Pl., t. III, p. 230.
5 De pareils calculs ne sont pas rares, et réussissent assez souvent, l'occasion, depuis que le monde existe, étant, de toutes les tentations, la plus forte. Qui peut dire ce qu'ont fait naître d'événements heureux ou malheureux, d'amours, de querelles, de joies, ou de désespoirs, deux portes voisines, un escalier secret, un corridor, un carreau cassé ?
A. de Musset, Contes, « Mimi Pinson », II.
6 (Il) ne négligeait cependant aucune occasion de leur faire entendre de grandes et utiles vérités.
France, la Rôtisserie de la reine Pédauque, Œ., t. VIII, XIX, p. 238.
7 Après tout, c'est une partie à jouer (…) et peut-être une belle occasion à saisir !
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 89.
8 (…) je dois profiter de l'occasion véritablement exceptionnelle qui nous est offerte aujourd'hui (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, I.
9 Comme il était très vaniteux, et grand admirateur du sexe, les occasions qu'il avait ainsi de parader au milieu de gens fort titrés et de jolies femmes lui procuraient les plus vives jouissances.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XI, p. 146.
Myth. || L'Occasion : divinité représentée sous les traits d'une femme « chauve par derrière avec une longue tresse de cheveux par-devant, un pied en l'air, et l'autre sur une roue, tenant un rasoir d'une main et de l'autre une voile tendue au vent » (Littré).D'où les expressions : saisir l'occasion aux cheveux; l'occasion est chauve (cit. 6).
10 L'Inspiration, c'est l'Occasion du Génie. Elle court non pas sur un rasoir, elle est dans les airs et s'envole avec la défiance des corbeaux, elle n'a pas d'écharpe par où le poète la puisse prendre, sa chevelure est une flamme, elle se sauve comme ces beaux flamants blancs et roses, le désespoir des chasseurs.
Balzac, la Cousine Bette, Pl., t. VI, p. 318.
11 Parfois l'Occasion vous contraint à la saisir en vous présentant sa mèche de cheveux devant la main, et de façon si opportune, que ce serait sottise pure de ne pas s'y accrocher à pleins doigts; car, lâchée, elle ne revient point.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, VI.
(XIXe). Loc. adv. À l'occasion : quand l'occasion, si l'occasion se présente. Échéant (le cas échéant), éventuellement. || Nous en reparlerons à l'occasion. || Il sait se montrer âpre (cit. 17) et dur à l'occasion. || Le jongleur (cit. 2) était musicien, marchand à l'occasion. || Ils y assistent à l'occasion (→ Dispute, cit. 5). || À l'occasion, on n'est pas fâché (cit. 17) de se détendre.REM. À l'occasion s'emploie aussi aux sens 3 et 4 (→ À l'occasion de…).
(1694). À la première occasion : dès que l'occasion se présente, aussitôt que possible. || À la première occasion, il nous quittera. || À la première occasion, le flot renverse les digues (cit. 3). → aussi Contrefaire, cit. 10.
À toute occasion : chaque fois que l'occasion se présente (→ Idéologue, cit. 4). || Il venait à toute occasion me déranger (cf. fam. Pour un oui ou pour un non).
(XVIIe). Vx. D'occasion : à l'occasion.
2 (XIXe). a Marché (cit. 9) avantageux pour l'acheteur. || Soldes et occasions exceptionnels.Par ext. L'objet de ce marché. || Montrer une occasion à un client. — N. B. Cet emploi a vieilli; occasion, n. f., se comprendrait comme « objet acheté d'occasion » (ci-dessous).
12 Dans le métier de chineur (tel est le nom des chercheurs d'occasions, du verbe chiner, aller à la recherche des occasions et conclure de bons marchés avec des détenteurs ignorants), dans ce métier, la difficulté consiste à pouvoir s'introduire dans les maisons.
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 617.
13 (…) — tu n'avais à prendre que six chemises et une paire de bottines ? — Oh ! mon ami, des occasions uniques ! (…) Une petite soie à rayures délicieuse ! un chapeau d'un goût, un rêve ! des jupons tout faits, avec des volants brodés ! Et tout ça pour rien, j'aurais payé le double au Havre (…)
Zola, la Bête humaine, I.
b D'occasion. Loc. adv. et adj. (Vx). Se dit « d'objets que l'on achète à bon marché soit parce qu'ils ont déjà servi, soit parce que le marchand veut s'en défaire » (Littré). → En solde.
Mod. Se dit d'objets mobiliers qui ne sont pas neufs, sont de seconde main (à l'exclusion des objets d'art et des pièces de collection). || Acheter d'occasion à un particulier, à un revendeur, à un brocanteur. || Marchandise d'occasion. || J'ai eu ces livres d'occasion chez un bouquiniste. || Voitures d'occasion.N. || Marchand qui fait le neuf et l'occasion.
c Objet acheté d'occasion. || Ma voiture, c'est une occasion, mais elle est en excellent état.
d Franç. d'Afrique. Possibilité de transport gratuit ou à prix réduit.Par métonymie. Véhicule de transport en commun; taxi de brousse.
e (Aux sens 1 et 2). Occase, par abrév. Fam. (1849). || Une bonne occase. || Quelle occase ! || Achète donc sa voiture : c'est une occase !
14 À propos du voyage d'Italie, crois-moi, reviens dessus souvent, si tu veux qu'il ne rate (…) C'est une occase (style Breda Street) que tu ne retrouveras jamais, mon bon. Il sera trop tard, plus tard.
Flaubert, Correspondance, 473, 24 mai 1855.
14.1 V'là mon affaire ! exultait Ribouldingue. La guimbarde et l'canasson sont d'un placement facile, c'est une occase tout c'qu'y a d'plus rupin et qui m'rapportera au moins 4 livres et quelques couronnes !
L. Forton, les Aventures des Pieds-Nickelés, in l'Épatant, 1909, p. 73.
15 Ah ! malheur, pendant la première partie de la campagne, ce que j'en ai laissé perdre des occases !
H. Barbusse, le Feu, I, II.
3 Occasion de… : circonstance qui détermine à (faire qqch.), qui est favorable à la naissance de (qqch.). || Il m'a donné des occasions de le haïr. Motif, raison, sujet. || Des occasions de jalousie, de dispute. Cause. || Je n'aurai aucune occasion de le mettre en doute. 1. Lieu (→ Évidemment, cit. 1). || Être l'occasion de : provoquer, donner lieu à. || Ce sera l'occasion de gros frais. Occasionner. || Fête (cit. 1) qui est une occasion de réjouissance. || Ce fut l'occasion de décréter la loi martiale (cit. 2). || Voyage qui est l'occasion d'intéressantes observations. Champ. || Ouvrage qui donne l'occasion de critiques malveillantes. Matière (→ Prêter à…).Servir d'occasion. Prétexte. || Toutes les occasions lui sont bonnes pour s'amuser.
16 Toute mort est l'occasion d'un renouveau : du cadavre sortent des fleurs violentes.
Montherlant, le Démon du bien, p. 74.
Relig. || Occasion prochaine de péché, qui porte immédiatement au péché.Fig. || La finesse est l'occasion prochaine de la fourberie (cit. 3).
(1553). À l'occasion de : l'occasion en étant fournie par. || Spectacle offert à l'occasion du triomphe de César. Pour (→ Amphithéâtre, cit. 1). || Bal costumé à l'occasion de la Mi-Carême (cit.). || Dépenses faites à l'occasion d'un procès (→ 2. Frais, cit. 16). || La mort peut survenir à l'occasion d'un mouvement insignifiant (→ Filiforme, cit. 2). || Le divorce (cit. 1, Montesquieu) se fait à l'occasion d'une incompatibilité mutuelle.
4 Circonstance, moment et situation. || Il y a des occasions où un enfant irrespectueux peut être excusé. Cas.
17 Saint Augustin : la raison ne se soumettrait jamais, si elle ne jugeait qu'il y a des occasions où elle doit se soumettre.
Pascal, Pensées, IV, p. 270.
18 L'homme (…) se comporte
En mille occasions comme les animaux (…)
La Fontaine, Fables, X, 14.
(Après dans, ou en…). || Il est permis de tromper dans une occasion où il y aurait de la dureté à être sincère (→ Fiction, cit. 2). || Dans combien d'occasions le mensonge (cit. 8) ne devient-il pas une vertu ! || Dans quelque occasion que ce soit (→ Dénaturer, cit. 10). || En cette occasion. Occurrence (en l'occurrence). || En ces occasions (→ 1. Bien, cit. 120). || En pareille, en semblable occasion… Conjoncture, rencontre (→ 1. Dire, cit. 74; fiasco, cit. 2). || La fermeté requise en telle occasion (→ Indisciplinable, cit. 1). || En toute occasion (→ Apparence, cit. 11; limiter, cit. 4).
19 Vous m'avez (…) prêté de l'argent en plusieurs occasions (…)
Molière, le Bourgeois gentilhomme, III, 4.
(1606). Par occasion : par un concours de circonstances, par hasard (→ Érailler, cit. 3). || Si, par occasion, vous allez à Paris, ne manquez pas de venir nous voir. Aventure (d'). || Il n'est ainsi que par occasion. Accident; accidentellement.
20 Ce n'est que par occasion que les rois ont des ennemis à vaincre; c'est par institution qu'ils ont des sujets à gouverner.
Fléchier, Oraison funèbre de Lamoignon, in Littré.
21 Même quand j'enviais la grosse tranquillité du voisin, je savais que ma tragédie me dépassait dans tous les sens, que le voisin n'y échappait que par occasion, et non par nature.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, VII, p. 61.
(1553). À l'occasion de : lors de. || Je l'ai vu à l'occasion du mariage de sa sœur.À l'occasion. || Je n'ai pas le temps aujourd'hui, mais je passerai à l'occasion, un de ces jours.
22 (…) c'est même à l'occasion de cette visite que nous décidâmes d'aller ensemble taper notre ancien patron.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 100.
Vx. (1676, Mme de Sévigné : dans les occasions). || Les occasions : les circonstances importantes.
23 Les occasions nous font connaître aux autres, et encore plus à nous-mêmes.
La Rochefoucauld, Maximes, 345.
24 Ils ont une fierté naturelle, qu'ils retrouvent dans les occasions (…)
La Bruyère, les Caractères, IX, 43.
Mod. (Qualifié). || Dans les occasions exceptionnelles, dans certaines occasions. — ☑ Loc. Les grandes occasions. || Cheminée où l'on ne fait du feu que dans les grandes occasions (→ Foyer, cit. 2).
25 Au Japon, les belles robes claires, nuancées en nuages, brodées de chimères d'argent ou d'or, sont réservées pour les grandes dames dans leur intérieur, en certaines occasions d'apparat; — ou alors pour le théâtre, pour les danseuses, pour les filles.
Loti, Mme Chrysanthème, XXXIX.
D'occasion : qui n'est quelque chose, qui n'existe que par occasion, accidentellement (généralt péj.). || Un sport d'occasion. || Un héroïsme d'occasion.
(1721, Montesquieu). Vx. En occasion de. Situation (en).
5 (1674, Malebranche). Philos. (Vx). Cause occasionnelle.
DÉR. Occasionnel, occasionner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • occasion — OCCASION. s. f. Rencontre, conjoncture de temps, de lieux, d affaires, propre pour quelque chose. L occasion presente. belle occasion. occasion favorable. occasion importante. prendre, embrasser l occasion. chercher l occasion. il faut fuir les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • occasion — Occasion, f. acut. Occasio. Belle occasion, Lepida occasio. Occasion presentée, Ostentata occasio. L occasion se presenta, Facultas accidit. Soudaine occasion, Breuis occasio. L occasion s y offrant, Per occasionem. L occasion est preste, Occasio …   Thresor de la langue françoyse

  • occasion — [ə kā′zhən, ōkā′zhən] n. [ME occasioun < OFr < L occasio, accidental opportunity, fit time < occasus, pp. of occidere, to fall < ob (see OB ) + cadere, to fall: see CASE1] 1. a favorable time or juncture; opportunity 2. a fact, event …   English World dictionary

  • Occasion — Oc*ca sion ([o^]k*k[=a] zh[u^]n), n. [F. occasion, L. occasio, fr. occidere, occasum, to fall down; ob (see {Ob }) + cadere to fall. See {Chance}, and cf. {Occident}.] 1. A falling out, happening, or coming to pass; hence, that which falls out or …   The Collaborative International Dictionary of English

  • occasion — ► NOUN 1) a particular event, or the time at which it takes place. 2) a suitable or opportune time. 3) a special event or celebration. 4) formal reason or justification: we have occasion to rejoice. ► VERB formal ▪ cause. ● …   English terms dictionary

  • occasion — [n1] chance break*, convenience, demand, excuse, incident, instant, moment, need, occurrence, opening, opportunity, possibility, season, shot*, show, time, use; concept 693 occasion [n2] reason, cause antecedent, basis, call, circumstance,… …   New thesaurus

  • Occasion — Oc*ca sion ([o^]k*k[=a] zh[u^]n), v. t. [imp. & p. p. {Occasioned} ([o^]k*k[=a] zh[u^]nd); p. pr. & vb. n. {Occasioning}.] [Cf. F. occasionner.] To give occasion to; to cause; to produce; to induce; as, to occasion anxiety. South. [1913 Webster]… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • occasion — When it means ‘reason, grounds’, the usual construction is with for + noun (or verbal noun) or with a to infinitive: • Yesterday was Schubert s birthday…suitable occasion for a Schubertiad Times, 1977. When the meaning is ‘opportunity’, it is… …   Modern English usage

  • Occasion — Occasion, lat. deutsch, Gelegenheit; O. alismus, die Ansicht des Descartes von der unmittelbaren Einwirkung Gottes auf den Menschen, um die Verbindung des Leibes und der Seele zu bewerkstelligen …   Herders Conversations-Lexikon

  • occasion — I noun advent, affair, chance, conjuncture, episode, event, experience, happening, incident, instance, juncture, moment, occasio, occurrence, opening, opportunity, point, situation, suitable time, tempus, time II verb breed, bring about, cause,… …   Law dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.